Ulysse de la Hafsia / 1ère Biennale de Rabat « Un instant avant le monde » curaté par Abdelkader Damani

 

A des siècles éloignés l’histoire se répète comme le dit si bien Ibn Khaldoun. Je me suis aventurée à reprendre une Mosaïque romaine intitulée « Ulysse et les sirènes » qui provient du site de Dougga.

Cette Mosaïque est une reprise de l’aventure de l’odyssée d’Homère. Elle représente Ulysse attaché au mât de son navire, affrontant le chant des sirènes (Torse de femme jambe de oiseau), réputé fatal, tandis que ses compagnons ont les oreilles bouchées à la cire. J’ai réalisé cette pièce de 5,5m/2,2m en technique mixte entre grillage, couture, photo et collage. Le grillage est le Canvas accueillant les pixels en tissu qui reconstituent la scène de la mosaïque. Trois photos prises ces derniers temps à Tunis plus précisément, dans le quartier de la Hafsia (Un quartier particulièrement chargé d’histoire, construit par les Hafsides et qui maintenant est dans un état délabré) sont intégrées dans la mosaïque en grillage. Deux de ces photos représentent les pieds de mannequins en cire, nus, installés en plein milieu de la rue. La troisième représente un mannequin homme nu également entouré de ses compagnons. Pour moi ces trois photos sont à l’image d’Ulysse et les sirènes. Plusieurs questions sont soulevées en mêmes temps dans cette superposition de l’antique et du contemporain : La mer, le risque, l’illusion d’un avenir meilleur, la place de l’homme, celle de la femme, le pixel …

La mosaïque ancienne d’avant le monde d’aujourd’hui est, en fait, le monde d’aujourd’hui! C’est l’éternel retour…

juin 2019